Assurance vie: que faut-il comparer avant de souscrire à un contrat

Assurance vieUn des placements préférés des Français est certainement l’assurance vie. Elle permet de s’assurer un avenir serein. En plus, ce type d’épargne offre de nombreux avantages par rapport à ses concurrents que ce soit sur le plan fiscal que sur le taux d’intérêt. Mais, face aux centaines de contrats disponibles, c’est un vrai casse-tête de choisir la formule idéale adaptée à sa situation. Voici quelques points essentiels à vérifier avant votre souscription à une assurance vie pour que vous puissiez optimiser la rentabilité de votre placement.

Le taux d’intérêt

Les taux pratiqués par les assureurs sont loin d’être proches. Donc, c’est le premier point à étudier parce qu’il garantit l’efficacité de votre contrat d’assurance vie. Sachez que le taux oscille entre 1,8 à plus de 4 %. Toutefois, soyez prudent parce que certains taux alléchants sont souvent trompeurs. Le mieux est de bien se renseigner et pourquoi pas de faire un comparatif des offres.

La qualité du fonds en euros

Le placement sur un fond en euros est l’une des solutions les plus rentables et les plus assurées. Néanmoins, sachez que la performance de ce support diffère d’un établissement à un autre. Selon les avis des spécialistes en la matière, les offres des banques sont moins intéressantes que celles des assureurs 100 % en ligne sur ce propos. La performance des fonds en euros de ces derniers est beaucoup plus attractive.

La diversité des unités de compte

Pour que votre contrat soit fructueux, l’idéal c’est de placer une partie de votre placement en unités de compte. Mais avant de vous engager, assurez-vous bien que l’assureur de votre choix offre un éventail de fonds sur lesquels vous pourrez librement choisir.

Le niveau des frais en assurance vie

Attention, les différents frais imposés par les établissements assureurs pourraient plomber votre contrat d’assurance vie, surtout les frais de versement. Certains d’entre eux prélèvent jusqu’à 4 à 5 % des sommes versées. À cela s’ajoutent les frais de gestion qui sont déduits chaque année sur la totalité du capital. À première vue, c’est insignifiant : 0,5 à 1 %. Mais à la longue, cela pourra compromettre la rentabilité de votre épargne.